Sarah Bernhardt et Andernos

Sarah Bernhardt (1844-1923) séjourne pour raisons de santé à Andernos de septembre 1914 à janvier 1916 dans la villa « Eurêka » (détruite en 1978). Elle a quitté la capitale, où elle demeurait, sur les conseils de Georges Clemenceau.

Malgré le repos dont elle bénéficie à Andernos, son état s’aggrave et elle doit être amputée de la jambe droite. Elle est opérée en février 1915 à la clinique Saint-Augustin de Bordeaux. Sa présence à Andernos y attire des personnalités telles que Edmond Rostand, Gabriele d’Annunzio, Bastien Lepage…. Durant tout son séjour, la comédienne célèbre les charmes de la station balnéaire :

« Andernos est le pays béni pour les esprits rêveurs, et les corps endoloris, c’est le pays des roses, des rossignols, des chiens, des doux crapauds, dont la chantante plainte donne la réplique au triomphant rossignol, quelque promenade que l’on fasse, on est entouré de beauté et partout le ciel reste maître de la vue ».

Dans les années 1930, pour ériger un monument à la gloire de la célèbre comédienne, un comité est créé. Des personnalités en vue sont membres du comité d’honneur : Edouard Herriot, Adrien Marquet, Georges Mandel, Sacha Guitry. Il semble que ce projet n’ait jamais abouti.

Mon parcours
  • Loisir, Sport
  • Vie artistique
  • Architecture et Urbanisme
  • Aménagement du Territoire
  • Santé
Légende des icones