Osiris et les cabines de bains d’Arcachon

En mai 1876, Daniel Iffla dit Osiris, propriétaire de la villa Alexandre Dumas, boulevard de la Plage à Arcachon se plaint auprès du préfet de la Gironde de la non application de la délibération du conseil municipal du 18 mai 1875 prévoyant, à compter du 1er novembre la suppression des cabines de bains construites sur les voies publiques. Il précise que les cabines "ferment mal ou pas du tout, sont transformées en watter clausets lorsquelles ne servent pas de rendez-vous aux filles de mauvaise vie".

Par délibération en date du 28 février 1858, le conseil municipal

avait pris la décision de « laisser établir sur les voies aboutissant au bassin, des cabines occupant seulement chacune un mètre de surface ».

En 1875, la commune ne conserve donc que celles qui ferment à clef ; le maire réfute donc l’accusation de Daniel Iffla sur l’immoralité de

ces lieux et le soupçonne même de vouloir leur suppression afin de rentabiliser la location de ses propres cabines.

Les Anglais furent dès le XVIIIème siècle partisans des vertus thérapeutiques des bains de mer. Le docteur Richard Russell prescrit alors l’utilisation médicale de l’eau de mer par immersion ou ingestion.

La mode des bains de mer a obligé la commune d’Arcachon à réglementer leur pratique pour des raisons de décence : obligation était faite aux baigneurs de s’habiller et de se déshabiller dans les cabines prévues à cet effet. Les propriétaires des villas du bord de mer font alors construire leurs propres cabines. Cependant, devant l’augmentation du nombre de baigneurs, des tentes destinées au même usage sont établies sur la plage.

Mon parcours
  • Loisir, Sport
  • Vie artistique
  • Architecture et Urbanisme
  • Aménagement du Territoire
  • Santé
Légende des icones