Le Casino mauresque. L’Orient rêvé à Arcachon

Inauguré en 1863, le Casino de la Forêt appelé aussi Casino mauresque est l’un des premiers édifices de la ville d’hiver. Paul Régnault, employé de la Compagnie des Chemins de fer du Midi, est chargé de dresser les plans de l’édifice. Construit dans un jardin planté d’espèces exotiques, l’édifice est à structure métallique et charpente en bois. La décoration intérieure est due à Jules Salesses. Il est détruit par un incendie en 1977.

Le casino mauresque est un édifice typique de l’architecture orientaliste à la mode au XIXème siècle. Cette architecture, très utilisée pour la construction d’établissements de bains, de casinos ou de jetées-promenades emploie les éléments décoratifs d’inspiration orientale (arcs outrepassés, croissants…) mêlés à d’autres éléments architecturaux. Cet

Orient est un Orient rêvé, fantasmé par des occidentaux en quête d’exotisme. Outre les architectes, il fascine écrivains et peintres (Ingres, Delacroix, Chassériau…). Dès 1814, Ingres peint La Grande Odalisque ; puis, en 1862, Le bain turc où l’image sensuelle de la femme du harem est exaltée. Delacroix a, lui aussi, largement puisé son inspiration dans l’Orient méditerranéen (après son voyage au Maroc et en Algérie, puis en Espagne en 1832). La sensualité réelle ou supposée de l’Orient a joué un grand rôle dans l’épanouissement de ce style mauresque dans les établissements de plaisir tels que casinos ou établissements de bains.

Mon parcours
  • Loisir, Sport
  • Vie artistique
  • Architecture et Urbanisme
  • Aménagement du Territoire
  • Santé
Légende des icones